Avortement - Interruption de grossesse : Pour le droit au libre choix

Les opposants au régime du délai

L'Association "Pour la mère et l'enfant"

(En été 2006, l'association a changé son nom en Association Mamma)

En 1998, les milieux antiavortement extrémistes ont lancé une initiative populaire pour opposer un "contre-projet" au régime du délai discuté au Parlement. L'initiative sous le nom trompeur de "Pour la mère et l'enfant" demandait l'interdiction absolue de toute interruption de grossesse. Elle fut refusée massivement par les Chambres fédérales. Rarement une initiative populaire a subi un échec aussi total au Parlement.

Néanmoins, l'Association a réussi à mobiliser largement les milieux chrétiens-conservateurs et fondamentalistes. Vu le zèle missionnaire de ces milieux, il n'est pas étonnant qu'en 2001, ensemble avec le mouvement "Oui à la vie", ils aient obtenu 120'000 signatures à leur référendum contre le régime du délai.

Ils ont dépensé plusieurs millions de francs pour leur campagne insidieuse contre le régime du délai et très offensante pour les femmes. Cependant, la population ne s’est pas laissée duper et s'est parfaitement rendue compte de l'extrémisme de leurs revendications. La résonance de la campagne était minime. Le régime du délai a été largement accepté en votation populaire et leur initiative n'a obtenu que 18% des voix en 2002.

Depuis la votation, l'association s'engage avant tout dans le cadre de sa Fondation "Aide suisse pour la mère et l'enfant".

En 2010, l'association Mamma a organisé le lancement de l'initiative populaire "Financement de l'avortement - affaire privée" qui a été déposée le 4 juillet 2011.

Nouvelle initiative de 2010 "Le financement de l'avortement est une affaire privée"
La "boîte à bébés"
Nouvelle stratégie

Initiative "Pour la mère et l'enfant" de 1998 et campagne de votation 2002
Non à l'intolérance (commentaire sur l'initiative "mère et enfant")
Tromperie et démagogie
Une campagne malhonnête
Extrémiste mais quand même dangereuse

Fondation "Aide suisse pour la mère et l'enfant" (ASME)
La fondation a été créée en août 2001
par l'association Mamma, en tant qu'œuvre d'assistance sociale "indépendante". Toutefois, il y a cumul de charges, Dominik Müggler étant président des deux organisations à la fois. Il prend influence de façon significative sur les activités de la fondation.
L'ASME n'offre pas seulement une aide matérielle, mais elle se présente comme centre de consultation pour les femmes plongées dans la détresse à la suite d'une grossesse.
Elle se vante de sa "professionnalité" et de sa "compétence". Mais l'interruption de grossesse n'entre pas en ligne de compte dans ses conseils. Et sa compétence semble assez douteuse, puisque les tracts qu'elle distribue aux femmes contiennent littéralement les désinformations sur les méthodes et les risques de l'avortement qu'on trouve sur certains sites anti-avortement. Par des pressions morales on essaie de persuader les femmes qui cherchent conseil et information à mener à terme leur grossesse non voulue. La journaliste Sarah Jäggi, qui s'est présentée au centre ASME
sous une fausse identité, a exposé ces machinations dans le journal "Zeit" du 29.8.2013.

L'ASME est également à l'origine des boîtes à bébés installées en Suisse.


nach oben

Les oppposants