Avortement - Interruption de grossesse : Pour le droit au libre choix

Expertes et experts pour le régime du délai
Conférence de presse du 26 mars 2002

OUI au régime du délai : le point de vue du psychiatre chargé d’établir les avis conformes

Exposé du Dr med. Tedy Hubschmid, Président SSP (Société suisse de psychiatrie et psychothérapie)

Depuis de nombreuses années, le régime du délai est largement pratiqué en Suisse – avec succès il me semble: les avortements illégaux, avec leur succession de chocs septiques et d’effets secondaires préjudiciables, ont disparu, comme aussi un type de tourisme indigne, c’est-à-dire les voyages à l’étranger en vue d’une IVG. Le nombre d’interruptions de grossesse s’est stabilisé à un niveau bas, de même que le taux de grossesses chez les adolescentes.

On pratique donc le régime du délai, pourtant la société refuse de s’identifier à cette libéralisation réussie. A nous les psychiatres, la société a délégué la tâche ingrate de camoufler cette contradiction sous le fard d’expertises psychiatriques. Cette tâche est devenue insupportable, car personne ne nous remercie; en plus, elle dégrade sérieusement notre image. Nous n’en voulons plus de ce rôle.

Sur la base de mon expérience d’expert habilité à établir l’avis conforme lors de grossesses non désirées, j’ai deux messages importants à vous transmettre: premièrement, j’ai été impressionné par la douleur des femmes qui se trouvaient en situation de détresse à cause d’une grossesse dont elles ne voulaient pas. Jamais je n’ai vu une seule femme qui aurait pris sa décision à la légère! Deuxièmement, la discussion sur les problèmes, sur les aspects positifs et négatifs de la grossesse, sur le cadre social était impossible tant que je n’avais pas fermement promis à mon interlocutrice de respecter sa décision. Lorsqu’une femme doit se concentrer sur les arguments à fournir pour convaincre l’expert, elle ne parvient pas à parler de son ambivalence, de l’enchevêtrement complexe entre ses motivations, ou encore à évoquer le pour et le contre. Pour qu’un véritable entretien puisse avoir lieu et être utile, il faut que la responsabilité de la décision soit confiée à la femme concernée.

Pour ces raisons, je m’engage en faveur du régime du délai, surtout parce que je sais que la plupart des femmes assument bien, sur le plan psychique, le vécu de l’intervention – à condition que la décision soit prise en toute responsabilité et de manière autonome et que la législation cesse de leur imposer mauvaise conscience.

nach oben

Campagne OUI au régime du délai